Promo indé / label / éditions / conseil / formation

THIS IS NOT A LOVE SONG Festival

 

TINALS2017_affiche1402(09-10-11/06/2017 – Paloma / Nîmes) – Le rendez-vous devenu incontournable de la musique indé fêtera son cinquième anniversaire sous le soleil de Nîmes, dans un environnement à taille humaine, avec des références et groupes historiques tels que Primal Scream, Grandaddy, Echo & The Bunnymen, Royal Trux aussi bien que leurs héritiers Archie & The Bunkers, Shame, Slaves, Pond ou Jake Bugg. Beaucoup de guitares mais aussi du hip-hop et de l’électro (Moderat), des retours (Rocky déjà là en 2014, Thee Oh Sees en 2015), des artistes venus du monde entier, des valeurs sûres aux côtés de petits nouveaux dont vous entendrez peut-être parler pour la première fois…TINALS c’est plus de 50 groupes, 5 scènes, mais aussi des ateliers, un jardin éphémère, et des animations jeune public.

 

 

site web facebook twitter youtube

FREDDA « Land »

Fredda_LAND-COVERHD(26/05/2017 – 03h50 / L’Autre Distribution)

Dans la continuité de son précédent disque réalisé par Sammy Decoster, le 5e album de Fredda s’inspire avec encore plus de brio de la scène de Tucson. Stéphane Louvain qui tient la guitare retrouve ainsi Jim Waters au mixage (les Little Rabbits du premier avaient enregistré chez le second à la fin des 90s), Naïm Amor pose sa guitare sur le lumineux « Maintenant », et la rythmique Nicolas Desse / Alexandre Viudes (Erevan Tusk) puise juste ce qu’il faut d’inspiration chez Convertino/Burns (aka Calexico). Appuyée parfois sur son compagnon Pascal Parisot à la voix (superbes « Siestes Anciennes » et « Le Gardien des Fleurs ») ou à la composition (« Ma Rivière », « Au Grand Tomple »), Fredda signe là un album baigné de lumière où la pureté de sa voix et la richesse de son écriture font merveille.

site web facebook  soundcloudyoutube

PETER HARPER « Break The Cycle »

PETER HARPER - BREAK THE CYCLE - COVER(26/05/2017 – Last 3 Rhinos / La Baleine)

Bien que le timbre de voix comme les influences ne laissent guère de doute sur le lien entre Peter Harper et son illustre ainé Ben, on avait déjà compris avec son premier album éponyme que le chanteur à la guitare ténor était bien plus qu’un simple « frère de ». Avec Sheldon Gromberg aux manettes (collaborateur de Rickie Lee Jones ou  Mark Eitzel), ce second album bénéficie d’une production un cran au-dessus et Peter ne devrait pas avoir à forcer de son charme naturel pour séduire encore plus de fans. On retrouve ainsi sa voix aussi chaude que fragile sur un intime et lumineux « See You Smile » ou encore sur un « Break The Cycle » politique mais toujours tourné vers l’espoir. On a hâte qu’il nous raconte un peu plus chacune des chansons qui jalonnent ce second disque !

site web facebook50 twitter soundcloudyoutube

GERALD GENTY « Hipopopopopopopopopotame »

GeraldGenty_album_visuel(28/04/2017 – 30 Février / PIAS)

Cinquième album studio pour Gérald Genty qui, devant initialement porter sur la mort, fut fraichement repensé par l’intervention de ses deux p’tits bouts complètement incontrôlables. Rocambolesque, atypique et coloré, Hippopopopopopopopopopopotame se compose de 38 chansons de dix secondes à deux minutes parsemées de jeux de mots, mettent en scène Monsieur Fer à Repasser dans un gouffre abyssal, les globules rouges et plaquettes de grand mère ou encore Chroustian croquant des biscottes. Vue l’ambiance, un peu de légèreté ne fait pas de mal !

site webfacebook twitter youtube

MENDELSON « Sciences Politiques »

MENDELSON_SciencesPolitique_Visuel-RVB(31/03/2017 – Ici d’Ailleurs / L’Autre Distribution)

Après ses escapades Bruit Noir et « Haïkus », Pascal Bouaziz retrouve ses comparses pour un 6e album de Mendelson qu’on peine à qualifier de « disque de reprises » : puisant chez Leonard Cohen ou Lou Reed autant que chez Sonic Youth, The Jam ou P.I.L qu’il revisite tous en français, il dresse là une chronique de l’effrayante pesanteur du monde de 2017, avec une acuité intense et une prise directe sur l’époque qui ne souffrent guère de comparaisons.

site web facebook twitter youtube

VIOLETT PI « Manifeste Contre La Peur »

ViolettPi_ManifesteContreLaPeur(10/03/2017 – L-A Be / Absilone)

Retour du québécois toujours fasciné par l’envie de repousser sans cesse les règles, les limites. A l’instar de sa compagne Klô Pelgag, il illustre cette facilité particulière qu’ont nos cousins d’Outre-Atlantique a proposer un répertoire francophone qui fait largement exploser les carcans de la « chanson ». Déroutant, passionnant, riche, provocateur, sensible, agaçant, mélodique, surprenant, entêtant, foutraque, tendre, exigeant, barré, torturé, généreux : il faudra passer un peu de temps en apesanteur avec VioleTT Pi pour trouver les adjectifs capables de cerner ce nouvel album !

site web facebook twitter youtubebandcamp

 

ACHILLE « Iris »

ACHILLE_Iris_visuel(03/03/2017 – Le Furieux / L’Autre Distribution)
Un nom emprunté à l’univers de Debussy dont elle partage les luxuriances harmoniques, un parcours qui croise celui de Camélia Jordana (aux claviers ou à la plume), un recueil de poèmes qui vient d’avoir les honneurs d’une lecture à la Comédie Française, un duo mélancolique avec Nosfell, des rêveries atemporelles, des histoires d’amour, des hommages aux mélodies raffinées (Paris, Nina) : sans aucun tape-à-l’œil, cet Iris là fait montre d’une classe et d’un charme précieux.

facebooksoundcloud

 

ROPOPOROSE « Kernel, Foreign Moons »

ropoporose_kfm_visuel(17/02/2017 – Yotanka / PIAS)

Qu’importe leur âge (Pauline a « déjà » 20 ans), les frangin-frangine vont affirmer avec ce 2e album enregistré par Thomas Poli (Laetitia Shériff, Dominique A…) une capacité rare à avoir un son, une écriture qui n’appartiennent qu’à eux. On devine une belle culture et un appétit de tous les instants qui leur permet de mélanger kraut, indie-pop, noise, math-rock et lo-fi pour en sortir des titres jamais faciles et pourtant toujours évidents. Tout paraît simple, naturel, alors que c’est souvent inventif, ambitieux, maîtrisé ! Qu’ils appartiennent au « noyau » de ce disque (None, Horses, Spouknit), ou fassent partie des « satellites » un peu plus éloignés de par leur style ou leur méthode d’écriture (Skeletons, Barking In The Park, Holy Birds), les titres de cet album sont autant d’atouts pour répondre avec brio à l’éventuelle pression du 2e album. On attendait une simple confirmation, on va assister à une mise sur orbite.

site web facebook twitter youtubevimeo

 

BUMPKIN ISLAND « All Was Bright »

pochette-all-was-bright-tite(03/02/2017 – Patchrock / L’Autre Distribution)

Le collectif costarmoricain est devenu sextet rennais, prenant son temps avec 2 EP en 2 ans pour expérimenter une formule où chacun trouve désormais pleinement sa place avant d’arriver à ce 2e album. Le travail de réalisation mené par Thomas Poli (Laetitia Shériff, Dominique A, Montgomery) n’y est pas pour rien. Emmené par la voix agile et les textes riches d’Ellie James, le groupe déploie enfin sur ce disque un son libéré de ses premières influences post-rock, osant cuivres organiques, textures électroniques hypnotisantes, large palette d’arrangements et de rythmiques au service d’une pop roborative qu’on aura plaisir à explorer.

site web facebook twitter soundcloudyoutubevimeobandcamp

ROBIN FOSTER « Empyrean »

RobinFoster_Empyrean_visuel(03/02/2017 – Upton Park / L’Autre Distribution)

Installé dans le Finistère, le compositeur anglais revient sous son nom après la parenthèse We Are Bodies (avec Dave Pen d’Archive) et entre deux BO de films. Si les instrumentaux riches en ambiances tendues et en mélodies subtiles font l’essentiel de ce nouvel album, on notera la présence de deux titres chantés par des invitées avec « The Hardest Party » (feat. Pamela Hute découvert sur un EP cet automne) et « Everlast » (feat. Ndidi O, chanteuse canadienne d’origine nigériane).

facebook twitter soundcloudyoutubebandcamp