Promo indé / label / éditions / conseil / formation

FREDDA « Bisolaire »

(13/11/2020 – Microcultures / L’Autre Distribution)

Comme l’indique son très beau titre emprunté à la chanson d’ouverture Femme bisolaire, ce 6e album de Fredda explore diverses dualités : chanson française et americana (Tucson), fiction et autobiographie, bonheur (Jours heureux ou Appartiens à une île) et mélancolie (Toutes ces choses, A mi-chemin), côté civilisé ou plus sauvage (Habitants de la forêt, Primitive), face intime et ouverture sur le monde… Un songwriting lumineux et poétique à la hauteur de sa voix limpide, et porté par les arrangements de Pascal Parisot et les samples de Nicolas Repac. J’efface chante Fredda, mais tant mieux si elle recommence tant on a besoin en ce moment de la lumière tranquille de ce Bisolaire

JUR « Sangria »

(13/11/2020 – CRIDAcompany / L’Autre Distribution)

« Tous les morceaux ont été écrits dans un temps très court et dans un moment de vie extrême, écrire à ce moment là a été vital », indique Julien Vittecoq compagnon et élément central du groupe Jur autour de la chanteuse espagnole qui lui a donné son nom. Et pour cause, après un disque marqué par la maternité, celui-ci a été initié au moment où l’on découvrait à la jeune maman une tumeur au cerveau. Qu’on se rassure, non seulement elle va mieux, mais elle n’a rien perdu de sa folie et de sa capacité à susciter l’émotion, comme sur le premier single En stationnaire, aérien, entêtant, en suspens…

LAETITIA SHERIFF « Stillness »

(06/11/2020 – Yotanka / PIAS)

Six ans qu’on attendait le retour d’une des figures les plus appréciées de la scène rock française. Elle est toujours accompagnée de Nicolas Courret (Eiffel, Bed) à la batterie et de son compagnon Thomas Poli (Montgomery, Dominique A) à la guitare (suppléé sur scène par Xavier Rosé de Totorro), revenant avec un disque en forme de miroir, autour du besoin de se retrouver. De l’appel à l’insurrection des consciences ouvrant le disque (People Rise Up) au lumineux premier single Deal With This en passant par le poignant Go To Big Sur, c’est une urgence salvatrice qui parcoure ce Stillness. Se retrouver, la retrouver, il est grand temps…

ROCKOMOTIVES DE VENDÔME

(17-24/10/2020 – Vendôme / 41)

La 29e édition des (mythiques ?!?) Rockos aura lieu sur la deuxième quinzaine d’octobre (toujours sous réserve de bien entendu), en version reconfigurée (un concert par lieu) d’un week-end à l’autre en allant crescendo. Même réduite, le très accueillant festival vendômois propose comme toujours une programmation exigeante mais accessible, avec entre autres Bertrand Belin, Squid, Jay Jay Johanson, Ausgang, Lesneu…

VOX BIGERRI « Jorn »

(16/10/2020 – Le Fil / L’Autre Distribution)

« Le petit rêve candide de quatre chanteurs » : telle est la façon dont son leader Pascal Caumont présente avec humilité le nouvel album de cette formation de référence des polyphonies occitanes, qu’il compose avec Bastien Zaoui (basse), Régis Latapie (mélodie) et Fabrice Lapeyrere (haute – également ingé son). « Jorn » comme jour, un nouveau jour, un chant d’espoir. Représentatif de leur set live, ce nouveau disque mélange avec aisance chants traditionnels et compositions originales, profane et sacré, airs des plaines et des sommets. Et si la plupart sont arythmiques ou du moins non pulsés, c’est pour nous conter avec un plaisir communicatif des histoires riches issues d’un patrimoine vivace, et qui savent suspendre le temps…

LA FELINE « Alentour de Lune » ep

(02/10/2020 – Kwaidan / IDOL)

Prolongement du voyage initié par son album Vie future, ce nouvel EP tire son nom de la reprise d’une rareté de Pierre Vassiliu qui résonne fortement avec le propos à la fois tendre, inquiet et futuriste développée par La Féline. Aux côtés d’une paire d’interludes et de l’inédit Bot figurent aussi deux remixes signés du producteur Elegia (Effet de nuit) et du duo franco-chilien Nova Materia (Où est passée ton âme ?). La fusée d’Agnès Gayraud poursuit son parcours…

VERTIGE « Populaire »

VERTIGE-ATHOME-VINYLSLEEVE(24/04/2020 11/09/2020 – At(h)ome / Sony Music France)

La rencontre entre Jérôme Coudanne le leader de Deportivo et Robin Feix bassiste (et graphiste) de Louise Attaque. Vertige est né de l’envie d’un groupe sans pression, d’une « pop radicale » qui puisse casser un peu les moules et la routine, la spontanéité de formations comme Young Marble Giants en ligne de mire. A l’instar du single introductif Conduire, le duo propose des titres courts, nerveux, singuliers, qui tracent leur route avec un plaisir assumé.

facebookInstagram

 

LISZA « Charango »

Lisza_Charango_VisuelAlbum(14/08/2020 – Animalé / Inouïe Distribution) 

Une « chanson française » capable d’aller chercher ce qu’il faut des musiques latines, mais avec subtilité, il fallait des belges pour faire ça. La bruxelloise Lisza signe de nouveau textes et musiques sur ce 2e album toujours arrangé et réalisé par Vincent Liben (ex-Mud Flow), et qui doit son nom à une sorte de petite guitare andine contribuant au côté entrainant de cet album à la douce mélancolie. Du tendre Daddy dédié à son grand-père aux évidences latines de Canta Querida ou Capitaine en passant par Les vacances à la montagne et les reproches de son entêtant refrain, Lisza ose une variété qui sait se faire facile d’accès sans rien céder de l’exigence indé.

facebookInstagram  soundcloudyoutube

 

MEIN SOHN WILLIAM « Sous Instagram » single

MeinSohnWilliam_SousInstagram_coverSingle(15/05/2020 – Autoproduction)

Ecrit bien avant que le virus enferme la plupart des terriens chez eux, ce nouveau titre du breton préparant son retour évoque notre façon de voyager via les réseaux sociaux, habitude qui pour un temps au moins risque de devoir s’installer. Occasion aussi d’un superbe clip participatif, 5 continents de lieux exceptionnellement désertés…

 

Instagram facebook  youtube

 

FACTEURS CHEVAUX « Chante-Nuit »

FacteursChevaux_ChanteNuit_HD(08/05/2020 numérique – 12/06/2020 physique – La Grange aux Belles / Modulor)

La simplicité de leur formule guitares sèches et voix a permis à Sammy Decoster et Fabien Guidollet (Verone) de parcourir une France essentiellement rurale avec des dizaines et des dizaines de concerts depuis la sorte de La maison sous les eaux, premier album largement salué. C’est comme une nuit d’été un peu étrange mais fascinante, vivifiante, dans la vérité d’un retour à la nature qui va bien au-delà de la simple posture. C’est en partie dans le palais du Facteur Cheval qu’ont été enregistrées ces chansons, avec l’aide de Jean-Baptiste Brunhes (Emily Loizeau, Bertrand Belin, Arthur H, Baum…). On retrouve les magnifiques Firmament et Avalon déjà découvertes en concert, on trouve sa place dans la simplicité d’un accueil sincère (Sous mon toit, Le village), on se promène de L’autre rive à La cime du cyprès… Il y a de la magie dans ce beau Chante-Nuit.

facebookyoutube