Promo indé / label / éditions / conseil / formation

MEIN SOHN WILLIAM « Sous Instagram » single

MeinSohnWilliam_SousInstagram_coverSingle(15/05/2020 – Autoproduction)

Ecrit bien avant que le virus enferme la plupart des terriens chez eux, ce nouveau titre du breton préparant son retour évoque notre façon de voyager via les réseaux sociaux, habitude qui pour un temps au moins risque de devoir s’installer. Occasion aussi d’un superbe clip participatif, 5 continents de lieux exceptionnellement désertés…

 

Instagram facebook  youtube

 

FACTEURS CHEVAUX « Chante-Nuit »

FacteursChevaux_ChanteNuit_HD(08/05/2020 numérique – 12/06/2020 physique – La Grange aux Belles / Modulor)

La simplicité de leur formule guitares sèches et voix a permis à Sammy Decoster et Fabien Guidollet (Verone) de parcourir une France essentiellement rurale avec des dizaines et des dizaines de concerts depuis la sorte de La maison sous les eaux, premier album largement salué. C’est comme une nuit d’été un peu étrange mais fascinante, vivifiante, dans la vérité d’un retour à la nature qui va bien au-delà de la simple posture. C’est en partie dans le palais du Facteur Cheval qu’ont été enregistrées ces chansons, avec l’aide de Jean-Baptiste Brunhes (Emily Loizeau, Bertrand Belin, Arthur H, Baum…). On retrouve les magnifiques Firmament et Avalon déjà découvertes en concert, on trouve sa place dans la simplicité d’un accueil sincère (Sous mon toit, Le village), on se promène de L’autre rive à La cime du cyprès… Il y a de la magie dans ce beau Chante-Nuit.

facebookyoutube

 

ANTOINE HENAUT « Par défaut »

AntoineHenaut_ParDefaut_visuelAlbum(01/05/2020 numérique – TBA physique – 30 Février / PIAS)

Si l’on pense à Fersen et Delerm en première écoute, c’est pourtant bien du côté belge de la frontière où se situe son village qu’habite Antoine, et cela se ressent. Une forme de désinvolture que seul le brio d’une plume alerte et sans complexe procure, dans un rôle de loser magnifique pour lequel nos voisins excellent bien souvent, comme il le démontre flanqué d’une fanfare aux arrangements malins sur « Le copain ».

 

site webfacebookInstagram youtube

 

VERSARI « Sous la peau »

Versari - Sous la peau - visuel album(10 24/04/2020 numérique – TBA physique – T-Rec / Inouïe Distribution)

Ingé son (Maud Lübeck, Brisa Roché…) ou sideman (Adam H), l’ex Hurleurs Jean-Charles Versari retrouve avec un appétit d’ogre ses deux complices Laureline Prod’homme et Cyril Bilbeaud (Zone Libre, Sloy). Il n’y a qu’eux qui osent un rock aussi sombre, puissant sans être lourd et… francophone. Cela pourrait nous sembler incongru ici (surtout quand on sait que Jean-Charles est bilingue), mais commence à leur ouvrir des portes à l’étranger, tandis  qu’Adrian Utley (Portishead) renouvelle sa complicité avec le trio en l’appuyant de ses guitares. Sans compromis, même si les atours pop du premier single Des images constituent une porte d’entrée dans ce monde sombre et inquiétant mais chaud, comme ça doit l’être… sous la peau.

site web facebook twitter

VERTIGE « Populaire »

VERTIGE-ATHOME-VINYLSLEEVE(24/04/2020 TBA – At(h)ome / Sony Music France)

La rencontre entre Jérôme Coudanne le leader de Deportivo et Robin Feix bassiste (et graphiste) de Louise Attaque. Vertige est né de l’envie d’un groupe sans pression, d’une « pop radicale » qui puisse casser un peu les moules et la routine, la spontanéité de formations comme Young Marble Giants en ligne de mire. A l’instar du single introductif Conduire, le duo propose des titres courts, nerveux, singuliers, qui tracent leur route avec un plaisir assumé.

facebookInstagram

ORWELL « Parcelle brillante »

Orwell_ParcelleBrillante_visuel(24/04/2020 numérique – TBA physique – Europop2000 / Inouïe Distribution)

Amené à se pencher sur les histoires imaginées par l’écrivain Theodore Sturgeon, Jérôme Didelot y a trouvé matière à poursuivre le chemin original que trace sa formation depuis l’aube des années 2000 : celle d’une pop ligne claire, francophone, pariant sur des arrangements visant l’intemporel plutôt que l’air du temps. Le single introductif Jamais assez en duo avec Armelle Pioline (Superbravo, Holden) ou des perles comme Les ondes et Les mains de Bianca illustrent bien le savoir-faire des artisans pop de Nancy. De l’instru d’ouverture Dérivation au délicat Dors encore, les thèmes de la solitude mais aussi et surtout de la différence (celle qui fait émerger de nouveaux possibles), chers à Sturgeon, parcourent l’album. C’est d’ailleurs à lui qu’est emprunté le titre de l’album, Parcelle brillante. Pourvu qu’on sache la voir, ou comment parfois un outsider se révèle, justement, le meilleur pari…

facebook50 twitter 50Instagramsoundcloudyoutube bandcamp

 

THE REED CONSERVATION SOCIETY « EP2 »

TheReedConservationSociety_EP2_Visuel(17/04/2020 numérique – TBA physique – Autoproduction / Inouïe Distribution)

On attend un peu au tournant le trio constitué par Stéphane « Oz » Auzenet tant le premier EP de ces adeptes de la pop ligne claire fut une bonne surprise de l’été dernier pour les amateurs du genre. En soignant de plus belle des arrangements qui ne boudent ni cuivres ni cordes, les parisiens offrent un écrin encore plus soyeux à leurs séduisantes mélodies, entre autres avec le premier single « Astronomy Divine ».

facebook youtube

 

THE ANIMEN « Same Sun / Different Light »

the-animen-album-cover-same-sun-different-light_801874(20/03/2020 – Two Gentlemen / Differ-Ant)

Voici de solides piliers de la scène rock suisse, dont la richesse aura déjà marqué les dernières années, à la croisée des cultures et sans complexe, à l’instar de ce quartet de Carouge (près de Genève), précédé d’une belle réputation scénique. En décidant pour ce 3e album de « casser les règles à la con » qu’ils s’étaient imposés par le passé, c’est sous la houlette de Samy Osta (Feu!Chatterton, La Femme) qu’ils livrent un disque malin et nonchalant, riche en trouvailles mélodiques derrière la formule rock’n’roll on ne peut plus classique, et portée par la voix chaude de Théo Wyser. De The Absence à From The Get-Go en passant par Kill Your Darlings, ils renouvellent le genre avec désinvolture, comme le laisse deviner le titre de leur album, qui aurait pu aussi s’appeler Modern Nostalgia !

site web facebook twitter youtubeInstagramPhotos

 

LIESA VAN DER AA « Easy Alice »

LiesaVanDerAa_EasyAlice_Visuel(28/02/2019 – Autoproduction / Bigwax)

C’est un véritable album concept que propose ici la musicienne anversoise autour de son double (maléfique ?) Easy Alice, femme forte, speed, puissante, presque macho. Rencontre improbable entre Prince et Zappa, entre Kafka et Britney Spears, entre la musique et l’image (un film éponyme arrive au printemps), voilà un disque un brin schizophrène mais fortement addictif, de la légèreté faussement candide de Melody ou Maximum Joy aux vénéneux Cynical Brothers.

site web facebook50 twitter soundcloudyoutube

 

EMMANUEL TUGNY « Délie »

EmmanuelTugny_Délie_Visuel_moyen(17/01/2020 – Boom records / Inouïe Distribution)

Cinq siècles. C’est peu ou prou l’âge des textes de Maurice Scève que l’écrivain, musicien et ex-diplomate malouin a choisi de mettre en musique, avec de nouveaux complices. Autant dire que si Tugny laisse ainsi la plume à un autre (comme il le fit avec Tristan Corbière pour « Armor » en 2017), aussi loin dans l’Histoire de surcroît, c’est qu’il y a une raison. La modernité de mots qui sont autant de planches d’appel vers l’intangible, le sublime, d’affirmation de la capacité de l’art à nier la finitude au-delà des limites du corps et du monde, portés par la voix de son père Christian Prigent (« quel meilleur plus vieux que moi ? ») : c’est ce qui a motivé cette singulière et salvatrice démarche de transmission.

facebook